Anvers

Métiers d’art chez les Loosbergh

La branche Loosbergh est celle de ma grand mère maternelle qui est originaire d’Anvers.

Bien qu’on puisse remonter actuellement jusqu’à Joannes, né vers 1740 à Bruges, il faudra attendre jusqu’à la naissance de son arrière petit fils, François Jean (1788-1874) pour qu’un métier apparaisse enfin sur un acte d’état civil.

En effet c’est sur son acte de mariage qu’on apprendra qu’il fût Werkman Steen Houwer, c’est à dire Tailleur de pierre. Au vu des nombreux monuments et bâtiments que compte cette magnifique ville, on en déduira que ce fût le plein emploi dans la construction, l’entretien et la restauration de ceux-ci.

François Jean, épouse Catherine Den Hamer en 1816 à Bruges et ils auront 7 enfants.

François Jacob, l’aîné, voit le jour en 1813. Il épousera Catherine Germonprez en 1834.

Il ne poursuit pas le métier de Tailleur de pierre comme son père mais deviendra Charpentier; que l’on peut qualifier de complémentaire dans la construction des édifices; il n’y aura donc pas de lignée corporative.

Le couple aura aussi 7 enfants dont Gustave François qui naît à Bruges en 1839. Ce dernier épouse Marie Louise Meerlandt à Ypres en 1867 ou le couple ira s’installer.

Fort des expériences et des formations très probablement dispensées par son père et son grand père, Gustave François fait la synthèse des métiers en devenant Sculpteur en art religieux. Il établi son atelier Porte de Ménin n°1, c’est à dire au pied du monument et fait de la publicité régulièrement dans le Journal d’Ypres.

La guerre arrivant sur Ypres avec les dégâts qu’on connait obligera la famille à s’exiler vers Anvers ou Edmond a épousé Elisabeth de Vresse en 1896. Il succèdera à son père et continuera d’exercer le métier de sculpteur en art religieux, sur bois, pierre et marbre avant de s’éteindre en 1953 à Eke.

Edmond Marie Loosbergh
Journal d’Ypres en 1875

Selon ma mère et mère-grand, il serait intervenu notamment pour plusieurs travaux et restaurations en la cathédrale Saint Bavon à Gand. Peut-être fût il soulagé d’apprendre que le fameux retable, pièce inestimable confisquée par les nazis a été retrouvée dans une mine de sel en Allemagne ainsi que la Madone de Bruges qu’il devait connaître également. (confère le film Monuments men, avec George Clooney)

Aucun des enfants males d’Edmond ne reprendra la suite; en effet Gustave Emile deviendra Libraire et aura une petite maison d’édition, Place de la comédie à Anvers; René deviendra Steward Interprète à la Red Star Line avec laquelle il fera le tour du monde. Mère-grand épousera un normand, Gaston Morisse qu’elle a rencontrée à Bruxelles et Lydia épousera un irlandais, Patrick Hayes, marin à la Red Star Line et collègue de René.

Le buste ci-après est celui de ma mère , sculpté par son grand-père Edmond. Détenu initialement par Gustave dans sa maison à Anvers, il est arrivé par le hasard des successions dans la famille Hayes

Buste sur un meuble chez Gustave à Anvers

5 réponses »

  1. C’est super de savoir que ce buste existe toujours et surtout de savoir où il se trouve. C’est un objet chargé de l’histoire familiale qui risque de faire quelques envieux chez les généalogistes à la recherche de souvenirs tangibles

    Aimé par 1 personne

    • Merci Catherine,
      Oui en effet il va falloir négocier (ou pas) avec mon cousin qui ne porte probablement aucun intérêt à cet objet et qui ignore tout ce qu’il représente pour notre branche !!!

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.